• +33(0)2 98 58 66 93
  • +33(0)6 83 15 85 92

Les costumes traditionnels bigoudens

06 décembre, 2019

Que ce soit au musée ou lors des différentes fêtes qui jalonnent l’été en pays bigoudens, vous ne pourrez pas passer à côté des habits traditionnels bigoudens. Petit tour d’horizon des différents costumes traditionnels.

La coiffe bigoudène

La coiffe est emblématique du pays bigouden : vous la verrez sur les cartes postales, aux différents fest noz et événements traditionnels. Haut perchée et faite de dentelle fine, la coiffe intrigue et passionne. Elle n’est aujourd’hui quasiment plus portée au quotidien, mais elle est de toutes les fêtes traditionnelles. Mais connaissez-vous son origine et son histoire ?

Les origines de la coiffe remontent au XVIIè siècle. La légende veut que les bigoudènes aient élevé leurs coiffes en signe de protestation contre la destruction de certains clochers suite à la révolte des bonnets rouges. Jusqu’à la fin du XIXè siècle, la coiffe était le signe d’appartenance à un village ou une paroisse. À partir des années 1880, la coiffe devient un objet de mode, avec l’apparition de parures et la diminution de l’influence de l’Église. Ce phénomène s’accentue encore après la première guerre mondiale et dans les années 1930. Les changements dans la société font que les coiffes deviennent de plus en plus grandes et de plus en plus travaillées, les femmes travaillant à présent dans les conserveries : c’est la course aux centimètres. Après la seconde guerre mondiale, la coiffe est délaissée par les jeunes générations, qui la trouvent datée et peu pratique. La coiffe n’est aujourd’hui plus portée quotidiennement que par les rares dernières bigoudènes.

Vous pourrez admirer des coiffes au musée bigouden à Pont L’Abbé, qui propose des démonstrations de savoir-faire l’après-midi pendant l’été : broderie, pose de coiffe, repassage et amidonnage. Vous pourrez également en voir aux différents événements de l’été : défilé de la fête des brodeuses à Pont l’Abbé, défilé Terre et Mer à Penmarc’h et le Mondial Folk à Plozévet.

Les costumes bigoudens

Après la Révolution française, les costumes portés ont rapidement évolué, se complexifiant et se couvrant de broderies. On situe l’âge d’or du costume bigouden entre 1850 et le début des années 1900.

Les broderies étaient réalisées par des hommes, les tennerrien neud. Les costumes étaient taillés dans du drap noir, parfois doublé par de la toile de lin, et il fallait de la force pour planter les aiguilles dans le tissu. Les tennerrien neud s’installaient dans les familles le temps de confectionner les costumes.

Les costumes des hommes sont formés d’une veste double, d’un petit gilet à manches courtes, d’un pantalon à pont large et du célèbre chapeau rond. Le gilet est couvert de broderies jaunes, ou vertes en cas de deuil. Les différents motifs ont chacun leur signification : le soleil signifiait la joie, les planètes le destin...

Les costumes des femmes sont composés d’un gilet, une chemise, une jupe et bien évidemment la coiffe. Les gilets féminins se distinguent des gilets masculins car ils ont des manches : les hommes portent leur gilet sous une veste, et n’ont donc pas besoin de manches.

Les gilets, qu’ils soient masculins ou féminins, sont richement brodés.